Article de Voyager Luxe - San Francisco joue avec le fog.

San Francisco joue avec le fog.

PAR Jérôme Desforges / Etats-Unis / Dimanche 17 Février 2013
Quand le fog enveoppe Frisco... Quand le fog enveoppe Frisco...
Quand le fog enveoppe Frisco...
La La
La "City by the bay".
Le Presidio, ex-site militaire, devenu lieu de RV des promeneurs et sportifs. Le Presidio, ex-site militaire, devenu lieu de RV des promeneurs et sportifs.
Le Presidio, ex-site militaire, devenu lieu de RV des promeneurs et sportifs.
Le café Coppola estdevenu un des RV hype de la ville. Le café Coppola estdevenu un des RV hype de la ville.
Le café Coppola estdevenu un des RV hype de la ville.
La fameuse Lombard Street, sinueuse et fleurie. La fameuse Lombard Street, sinueuse et fleurie.
La fameuse Lombard Street, sinueuse et fleurie.
Un break bucolique sur une pelouse face aux Painted ladies. Un break bucolique sur une pelouse face aux Painted ladies.
Un break bucolique sur une pelouse face aux Painted ladies.
Les vieux Les vieux
Les vieux "cable-cars" sont peu a peu remplacés par des versions plus modernes...
Les otaries, vedettes de Pier 39 à Fisherman's wharf. Les otaries, vedettes de Pier 39 à Fisherman's wharf.
Les otaries, vedettes de Pier 39 à Fisherman's wharf.
Alcatraz est devenue le RV des touristes du monde entier. Alcatraz est devenue le RV des touristes du monde entier.
Alcatraz est devenue le RV des touristes du monde entier.
Par temps clair, San Francisco offre un autre visage, même la nuit. Par temps clair, San Francisco offre un autre visage, même la nuit.
Par temps clair, San Francisco offre un autre visage, même la nuit.

Embrumée et froide pour les uns, charmante ou charmeuse pour les autres, au gré du climat San Francisco reste une ville à part en Californie, ondulée, sinueuse, tout en relief(s). Visite iodée.

> Singulière universalité.


. S’il fait beau, San Francisco a des allures d’Eden de l’Ouest. Mais quand le fog enveloppe la mégapole californienne, on se souvient de cette phrase étrangement attribuée à Mark Twain : « L’hiver le plus froid que j’ai connu fût un été à San Francisco. » Quoi qu’il advienne, le charme de San Francisco reste saisissant en toute saison. Sans doute parce que cette ville ne ressemble à aucune autre de ses voisines californiennes. La « City by the Bay » affiche, en effet, une diversité culturelle culotée, une tolérance assumée, une ouverture au monde pétillante. San Francisco, la plus européenne des cités américaines, voire la plus chinoise, de toute façon, la plus universelle.

> Haute en couleur.


. Des quartiers à l’européenne, des sites sublimes, des petits coins de paradis propices à l’extase, au sommet d’une colline, sur une pelouse… certes, mais Frisco, pour les intimes, reste une ville américaine, donc à grand spectacle. Dans le mythique, haut en couleur, le Golden Gate, majestueux, follement démesuré (2,7 kilomètres de long), reste un incontournable. Vous pourrez l’admirer depuis le Presidio, au sud, ou le « vista point », au nord. De là, la ville aux 43 collines vous apparaîtra grandeur nature, sublime. En guise de clin d’œil californien, des surfeurs barbotent souvent au large de Fort Point, dans l’ombre du célèbre pont rouge.

> Sur les traces de Francis F.Coppola.


. Retour vers la cité mosaïque aux dizaines de quartiers tous aussi pittoresques les uns que les autres. À ne pas manquer : Chinatown, un des plus anciens et plus importants quartiers chinois des États-Unis. Ces 24 blocks se situent à proximité de Portsmouth Square, autour de Grand Avenue. Ne faites pas l’impasse sur North Beach, le quartier italien. C’est là, dans la Colombus Tower, un édifice vert étrangement arrondi, que Francis Ford Coppola et Sean Penn ont installé leurs bureaux. Vous pouvez d’ailleurs boire un verre dans le café qui appartient à Coppola, le Zoetrope (www.cafecoppola.com). Pas mal de gens accourent par ici pour se plonger dans les rayons de la librairie City Lights, au 261 Columbus Avenue, le temple de la Beat Generation, où l’on sent encore la présence de Kerouac, Ginsberg ou Burroughs… En toile de fond, la Coit Tower, délicieusement altière et Art déco, qui trône, haut perchée, sur Telegraph Hill.

> Perspectives paradoxales.


. Non loin, toujours dans les incontournables, le résidentiel Russian Hill, un des quartiers les plus élevés de San Francisco. Avis aux amateurs de perspectives, pentes (jusqu’à 32 %), panoramas étourdissants : c’est là que fut tournée, en 1968, la célèbre poursuite de Bullitt, avec Steve McQueen. Inutile de traverser le quartier aussi rapidement que la Ford Mustang Fastback du lieutenant en pétard. L’idéal serait d’emprunter les légendaires cable cars, depuis Market Street, puis de flâner à pied d’une colline à l’autre. Attardez-vous à Lombard Street, aussi fleurie que tortueuse – « la rue la plus sinueuse du monde », dit-on –, qui ondule entre Leavenworth et Hyde. Huit virages et 27 % de dénivelée…

> Légendaires Seven Painted Ladies.


. Pourquoi ne pas poursuivre votre balade avec un détour par Green Street et ses demeures incroyables ? Vous y effectuerez un pèlerinage au 29 Russel Street où Kerouac vécu, puis vers Pacific Heights et Cow Hollow, à la découverte de magnifiques maisons victoriennes. Pour vous remettre, si le temps le permet, allongez-vous sur une pelouse. Agréable, vers Lower Haight, Alamo Square Park et sa vue légendaire, sur Steiner, à l’ange de Grove : un alignement de maisons victoriennes – les Seven Painted Ladies – sur fond de San Francisco moderne et maritime. Magnifique.

> Des monts et merveilles.


. En continuant vers l’ouest, vous tomberez sur le quartier de Haight-Ashbury, encore un lieu mythique, berceau du mouvement hippie. Mais que reste-t-il des années 1970 ? Peut-on encore ressentir les effets du Summer of love sur Haight Street ? Sans doute. Pas mal de petites échoppes, des cafés, terrasses, restaurants, magasins de musique, boutiques de fripes, du marketing et des badges. Entre les deux, un note de psychédélique, le Musée du Tatouage, des fresques murales à tomber et encore des maisons victoriennes de couleurs vives. Au 635 Ashbury Street : la demeure de Janis Joplin… Pas mal de nostalgie, de l’anticonformisme, un concentré de San Francisco en quelque sorte (à apprécier, surtout, du côté de Cole Valley).

> Art déconne...


. Du haut de Corona Heights, la vue embrasse toute la ville. Vers le sud, Castro et Mission se dévoilent. Castro, c’est branché, authentique, bigarré, absolument gay. Mission, le quartier latino, est tout aussi animé. La jeunesse branchée se rassemble du côté de Dolores Park face à l’église baroque Mission Dolores. Vers Valencia Street, pas mal de boutiques vintage, des bars. C’est bohème, intello. Pas autant que SOMA. Pourtant, le South of Market a longtemps senti le soufre avec sa population de drogués, ses prostituées, ses bars louches. On y a fait le ménage. S’il reste encore quelques allumés sur Market Avenue, les magasins branchés se multiplient et les musées s’y installent. Le SFMoMA, musée d’art contemporain, et le complexe Yerba Buena ont donné un second souffle à South Market. À ne pas manquer : la 111 Minna Gallery, pour ses expos et ses happenings. Fin septembre, place au cuir, avec la Folsom Street Fair (www.folsomstreetevents.org), tendance bondage.

> Iode à la joie !


. Évidemment, vous n’échapperez pas à Fisherman’s Wharf, l’ancien port devenu un luna park pour touristes. Les otaries qui se prélassent par dizaines au niveau de Pier 39 permettent d’oublier les magasins de souvenirs. À moins de prendre immédiatement le ferry pour Alcatraz (www.alcatrazcruises.com)… Ce pénitencier sinistre devenu refuge pour mouettes libérées est situé sur une île presque accueillante, mais seulement au printemps, lorsque le soleil brille. On visite la forteresse en masse, tentant d’imaginer, face aux minuscules cellules, qu’il était impossible de s’en échapper. Au loin, San Francisco joue les terres promises...

Quand, comment, où ?

Y aller:
La compagnie française XL Airways France relie San Francisco en direct au départ de Roissy CDG. Le tarif aller-retour est proposé à partir de 649 €. Net : www.xlairways.fr
Préparer son voyage:
www.office-tourisme-usa.com/San-Francisco-ville_84.html
www.sanfrancisco.travel.com
www.goldengatebridgetour.com
www.blueandgoldfleet.com
Se loger:
Hilton San Francisco, Financial District, 750 Kearny Street.
www.sanfranciscohiltonhotel.com

 

 

Partagez
Commentez
A Lire aussi
Madagascar : desti...

L’Île Rouge n'abrite pas que des longues plages de sable blanc bordées de cocotiers ou  de...

Las Colinas, un mo...

Quelque part entre Murcie et Alicante, à 8 km de la côte méditerranéenne, le jeune golf de...

Un palais de luxe ...

Entre remises à niveau et ouvertures d'établissements, depuis quelques années l'hôtellerie...

Le retour du luxe ...

Après 20 ans sans y retourner, j'ai été très agréablement surpris par Dakar et ses alentou...

Les visas électron...

Pour se rendre dans certains pays, l'obtention d'un visa peut parfois relever du parcours ...

PARTIR ENTRE FILLE...

Entre travail et vie de famille, il n’est pas toujours facile de se retrouver entre filles...