Article de Voyager Luxe - Le SALVADOR s'éveille.

Le SALVADOR s'éveille.

PAR Jérôme Desforges / Salvador / Mercredi 30 Janvier 2013
Ambiance nocturne à San Salvador Ambiance nocturne à San Salvador
Ambiance nocturne à San Salvador
Monseigneur Romero, un symbole de rédemption pour le Salvador. Monseigneur Romero, un symbole de rédemption pour le Salvador.
Monseigneur Romero, un symbole de rédemption pour le Salvador.
Option farniente, sur 300 km de côtes souvent désertes. Option farniente, sur 300 km de côtes souvent désertes.
Option farniente, sur 300 km de côtes souvent désertes.
Tazumal, le site le plus célèbre du Salvador, sur la route des Mayas Tazumal, le site le plus célèbre du Salvador, sur la route des Mayas
Tazumal, le site le plus célèbre du Salvador, sur la route des Mayas
Des bâtiments historiques subsistent dans chaque ville, comme ici à Santa Anna. Des bâtiments historiques subsistent dans chaque ville, comme ici à Santa Anna.
Des bâtiments historiques subsistent dans chaque ville, comme ici à Santa Anna.
Plantation de café sur la route de la paix. Plantation de café sur la route de la paix.
Plantation de café sur la route de la paix.
Après une éruption en 2005. Après une éruption en 2005.
Après une éruption en 2005.
Une nature imposante et impétueuse. Une nature imposante et impétueuse.
Une nature imposante et impétueuse.
Depuis la disparition du Depuis la disparition du
Depuis la disparition du "colon", le coût de la vie a explosé.
Scène de pêche sur un lac volcanique. Scène de pêche sur un lac volcanique.
Scène de pêche sur un lac volcanique.

Coincé entre le Guatemala et le Honduras, le Salvador tente de se rappeler au bon souvenir des touristes sillonnant l’Amérique centrale. Car ce petit pays méconnu possède des charmes insoupçonnés. Voici quelques informations utiles à connaitre, avant de partir.

> Petit, mais il fait le maximum


. Encore difficile à situer sur une mappemonde, le plus petit des États d’Amérique centrale trépigne d’impatience. D’ailleurs, son ministre du Tourisme, le pétulant Jose Napoleon Duarte, à l’esprit de conquête affuté, ne s’en cache pas. Si l’on vient jusqu’au Guatemala ou au Honduras, pourquoi s’arrêter aux frontières du Salvador ? Bon, ce pays vingt-six fois plus petit que la France et deux fois plus petit que la Suisse a toujours eu la réputation d’être un des plus violents de la région. Mais la guerre civile est terminée depuis belle lurette. Et les gangs, les terribles Maras, se sont calmés. Bref, aujourd’hui, si le Salvador sent encore le soufre, c’est parce qu’on y trouve de magnifiques volcans !

> San Salvador, la capitale apaisée.


. Comme toutes les capitales d’Amérique centrale, San Salvador marie habilement le meilleur avec le pire. Un conseil : inutile de chercher à rencontrer la Mara Salvatrucha ou le gang de la 18e Rue. Le réalisateur franco-espagnol Christian Poveda, qui a filmé leur histoire dans La Vida Loca en 2009, l’a déjà fait. Et il a été assassiné. Heureusement, depuis que l’église a conjuré les tatoués d’observer une trêve, San Salvador s’est apaisée. Vous pourrez donc vous balader sans vous retourner à chaque pas et découvrir ses marchés – le mercadito de Merliot, à Antiguo Cuscatlán, est charmant –, quelques monuments, le sanctuaire dédié à l’archevêque Óscar Romero, héros national et martyr universel…

> Pacifiquement vôtre.


. Mais le spectacle est ailleurs, pas très loin, vers la côte pacifique et ses trois cent vingt kilomètres de littoral. À une soixantaine de kilomètres de San Salvador, la Costa del Sol déroule ses plages bordées de mangrove. Dans l’Estero (l’estuaire) de Jaltepeque, partez à la poursuite des hérons, des aigrettes, pélicans et pas mal d’autres oiseaux magnifiques. Dépassez Isla Tasajera, filez en bateau entre les îles quasi désertes : vous n'y croiserez que quelques pêcheurs, la nature et c’est tout.

> Mayas, l'an vert...


. Le pays possède d’autres atouts, version caution culturelle. En l’occurrence des sites archéologiques mayas, dont certains datent du IIIe siècle av. J.-C. Dans les incontournables, le village maya de Joya de Cerén, enterré sous les cendres volcaniques il y a environ 1 400 ans qui est, aujourd’hui, le seul site intact que l’on puisse visiter en Amérique centrale. À San Andrés, les ruines précolombiennes vaudront le détour pour les férus d'archéologie. Sans oublier la Pyramide de Tazumal , qui mesure dans les vingt-trois mètres de haut, monument qui fait la fierté du pays.

> Échappées belles.


. Autre fierté nationale, Suchitoto. Située à cinquante kilomètres au nord de San Salvador sur les rives du Lac Suchitlan, la ville est décrite comme « le plus bel exemple de cité coloniale au Salvador ». Sans doute. En tout cas, une petite bourgade où il fait bon vivre. Dans le même ordre d’idée, Santa Ana, la deuxième ville du pays, n’est pas mal du tout, avec, au centre, quelques bâtiments baroques et néoclassiques assez intéressants. La cathédrale gothique et le Théâtre nationale valent aussi le détour.

> Mes routes, mes conquêtes.


. Bonne nouvelle, à partir de cette année, Jose Napoleon Duarte vous montre la voie. Plutôt, les routes à thèmes : la « route Mayas », par exemple, qui court du Costa Rica jusqu’au Mexique. Plus grave : « la route de la paix », dans l’Est, région plus écotouristique, paraît-il… Ou la « route de monseigneur Oscar Romero, l’archevêque, qui a pris fait et cause pour le peuple et a qui été assassiné par les escadrons de la mort en 1980. Plus légère : la « route des fleurs », dont on vous laisse deviner le thème...

> Prenez de la hauteur.


. Si, après avoir sillonné les routes – pas si sûres –, vous avez du mal du mal à revenir à San Salvador, autant vous arrêter dans le parc national "El Boqueron". Vue plongeante sur la capitale. Le volcan qui s’y trouve se compose de trois pics : El Jalabi (1 300 mètres d’altitude), El Picacho (1 959 mètres d’altitude) et El Boqueron (1 893 mètres d’altitude). C'est l'occasion d'une balade dans une belle forêt humide. Les bruits de la ville sont étouffés. Le Salvador resplendit grandeur nature.

> Les balades à thème(s)


. La route maya: La plus importante découverte archéologique des cinquante dernières années en Amérique latine : Joya de Cerén. Les pyramides de San Andrès et de Tazumal. Casa Blanca. Les cascades de Juayua. Une randonnée d’environ 90 minutes dans un décor féerique à Juayua (Chorro de la Calera).. Plantation de café de Santa Leticia: Situé dans les montagnes d’Apacena et d’Ahuachapan. Plantation de café entre 1 400 et 1 700 mètres d’altitude.. La « route culture et artisanat »: Un parcours qui passe par les villages de Nahuizalco, Salcoatitán, Juayua, Apaneca et Ataco.. Volcan Izalco : Randonnée autour du volcan de la Cordillère d’Apaneca, à proximité de Sonsonate, dans le parc national des volcans (Santa, Izalco et Cerro Verde).. Volcan de San Salvador : Jolie promenade autour du lac Coatepeque.

> Quand, comment, où ?


. Quand partir: La meilleure saison se situe de mi-novembre à fin février. Le climat est tropical, avec une saison sèche (novembre à avril) et une saison humide (mai à octobre).. Y aller : La compagnie espagnole Iberia propose des vols Paris-Orly-San Salvador via Madrid. Le vol Madrid-San Salvador (durée : environ 11 heures) fait une escale d’un peu plus d’une heure à Guatemala City. Les tarifs en éco se situent aux alentours de 700 euros, 1 700 euros en pleine saison estivale (août, notamment).
. Bon à savoir : Depuis l’introduction du dollar, qui a remplacé la monnaie locale (le colón ; 1 € = 10 93220 cls, le Salvador est devenu un pays assez cher. Notamment les hôtels.

> Autant vous éviter les mauvaises surprises...


. Dormir à San Salvador : Hôtel Real Intercontinental. Un 5 étoiles classique mais efficace. Net : www.ichotelsgroup.comDormir sur la Costa del Sol : Tortuga Village Hotel. Boulevard Costa del Sol, km 66 ½, La Paz. De 165 à 366 $. Net : www.tortuga-village.comDormir à Concepción de Ataco :  El Carmen Estate :  Km. 97, Carretera Ahuachapan, Sonsonate, Concepcion de Ataco. De 53 à 82 $. Net : www.elcarmenestate.com

Plus de renseignements: Bonne pêche, ( pas d'office de tourisme !).

Pour les formalités et conditions sanitaires, nous vous recommandons de consulter le site du Quai D'Orsay : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays/salvador-12354/

Partagez
Commentez
A Lire aussi
Vilamoura : Golf e...

En 2016, le groupe immobilier Vilamoura World annonçait le lancement de l'Orangerie, un pr...

Marbella Club, le ...

Puisque l'Espagne ouvre finalement ses portes aux touristes européens cet été, autant vise...

VitalParc Lacanau:...

Idéale pour un retour en douceur à "la normale", voisine de Bordeaux, Lacanau est une peti...

Weekend à Etretat.

Une belle destination pour cette période de dé-confinement : Etretat, que l'on peut visite...

Le Honduras, fabul...

Quand le besoin de renouer avec la nature devient pressant, certaines destinations s'impos...

Jouer sur du synth...

Situé dans l'Ain, à dix minutes en voiture de l’aéroport international de Genève, le très ...