Article de Voyager Luxe - L’Occitane ouvre un hôtel spa dans le Luberon

L’Occitane ouvre un hôtel spa dans le Luberon

PAR Alice Caroll / France / Lundi 31 Mars 2008
Un croquis du spa avant l'ouverture Un croquis du spa avant l'ouverture
Un croquis du spa avant l'ouverture
Tons doux et matières nobles dans les chambres Tons doux et matières nobles dans les chambres
Tons doux et matières nobles dans les chambres
Le restaurant du Couvent des Minimes Le restaurant du Couvent des Minimes
Le restaurant du Couvent des Minimes
Le Couvent des Minimes invite à la découverte de la région Le Couvent des Minimes invite à la découverte de la région
Le Couvent des Minimes invite à la découverte de la région
Le groupe L'Occitane rachète le couvent en 2007 Le groupe L'Occitane rachète le couvent en 2007
Le groupe L'Occitane rachète le couvent en 2007

La marque de cosmétique s’est offert le Couvent des Minimes, un édifice du XVII, transformé en "temple du bien-être" à l'est du Luberon. Au coeur de 4 hectares de jardins aromatiques, ses 46 chambres vous attendent à 1 heure d'Avignon, Aix ou Marseille...
 

> Le premier spa L’Occitane en France


. Le spa L’Occitane du Couvent des Minimes Hôtel & Spa s’appuie sur les produits cosmétiques et les protocoles de soins de la marque. Le leitmotiv des lieux est « le bien-être au naturel », utilisant les bienfaits du miel, de la verveine, du citron, de la lavande ou encore de l’immortelle, mais aussi du karité, provenant des coopératives de femmes du Burkina.

. Les soins sont prodigués dans 6 cabines, dont une pour des soins à deux. Le spa dispose aussi d’un hammam, de deux saunas, d’une piscine et d’une salle de fitness. Pour ceux qui le souhaitent des soins peuvent être réalisés dans la chambre.

. Quelques exemples de soins : les soins du visage mise notamment sur des textures à base d’amandes, de pommes, d’immortelles, de Karité-Coton bio, d’olives et de riz rouge. Comme le soin « Recette d’Eclat à l’olive », qui promet équilibre et luminosité (1h15, 97 euros), ou le « Gommage sucre miel citron », exfoliant et adoucissant (50 mn, 65 euros).

. Le Couvent des Minimes Hôtel & Spa lance aussi sa propre gamme de produits de beauté et de soins, sous la marque Couvent des Minimes.

. Vous les retrouverez dans votre salle de bain : savon pur végétal au miel et karité, gel douche énergisant à la verveine et au citron, lait pour le corps apaisant aux extraits de lavande et d’acacia, bougie parfumée, brume d’oreiller ou encore le Baume du Jardinier, au karité et « aux 7 plantes magiques », qui pourrait bien devenir culte, avec sa texture onctueuse non grasse et son parfum délicatement citronné.

> Esprit XVIIe et style contemporain


. Au cœur du domaine du Couvent des Minimes Hôtel & Spa, les 46 chambres et suites sont situées dans un édifice modestement baptisé « La maison ». Restaurées pour préserver l’esprit des lieux, elles font la part belle aux matériaux nobles, chêne clair, lin couleur ficelle ou chocolat, pierre blanche, et aux teintes douces, gris souris, écru, beige.

. « L’architecte Bruno Legrand a magnifiquement restauré le cloître dans la pure tradition, mais il a préféré cassé le style à l’intérieur pour ne pas risqué une fausse continuité, en jouant les lignes et le mobilier contemporain » précise le directeur de l’hôtel Pierre-Alexandre Francin.

. Certaines chambres disposent d’un jardin privé ou d’un patio, d’autres sont équipées d’une terrasse. A noter également pour les familles, des chambres d’angle, jumelles mais pas directement communicantes, disposant d’une entrée commune.

. Et pour les amoureux, la Honeymoon Suite se niche dans la nef de l’église, avec vue sur les jardins… So romantique !

> Une gastronomie aux couleurs du soleil


. Au Couvent des Minimes Hôtel & Spa, Philippe Guérin, jeune chef amoureux des saveurs provençales et méditerranéennes, officie au restaurant Le Cloître. La carte met à l’honneur les produits naturels, en partie cultivés dans le jardins du couvent.

. Vous y savourez sa variation sur le thème de l’asperge de Provence : en fricassée, en flanc, en velouté à la mousse de lait parfumé à la citronnelle ; ou son croustillant de cabillaud demi-sel, au romarin et jambon jabugo, cuit à plancha ; le pigeonnau aux quatre épices, rôti à la rhubarbe et accompagné d’une escalope de foie gras chaud ; ou encore le pavé de loup au fenouil…

. Difficile de résister. En été, le restaurant-bar le Bancaou permet de déjeuner légèrement au bord de la piscine. Un bar lounge et un bar musical promettent aussi des instants de détente. Sans oublier la cave à vin, La Cornue, où le directeur de l’hôtel se réjouit déjà des dégustations de vins et fromage de Banon…

> Escapades et activités dans le Luberon


. Bien que conçu comme un hâvre avec piscine, spa, restaurant et parcours aromatique, le Couvent des Minimes Hôtel & Spa se veut aussi ouvert sur la région.

. Situé sur la commune de Mane, à un quart d’heure de Manosque. On y visite d’ailleurs le musée-usine de L’Occitane. Le lundi, le marché de Forcalquier mérite le détour. C’est le rendez-vous des producteurs, artisans et gens du pays.

. A Graveson, le musée des arômes et du parfum vous transporte dans un univers de senteurs et son jardin expérimental de plantes aromatiques. Pour les sportifs, l’hôtel offre un court de tennis éclairé.

. A proximité, le Golf du Luberon est un parcours 18 trous dessiné dans un parc naturel. Vous pouvez aussi essayer votre swing sur celui de Digne La Lavande.

> Un peu d’histoire


. C’est à Mane, dans ce qui deviendra les Alpes-de-Haute-Provence, que le Marquis de Melchior de Forbin Janson fonde en 1613 le Couvent des Minimes, pour les religieux d’un ordre mendiant institué par Saint Vincent de Paul.

. Les religieux y demeurent jusqu’en 1789, date à laquelle la Révolution les chasse du couvent. En 1862, le chanoine Terrasson l’achète et entreprend de grands travaux de restauration. En 1873, les Frères de Saint Gabriel s’y installent, mais en 1903, les lois anticléricales leur ordonnent de partir.

. En 1910, les Sœurs franciscaines Missionnaires de Marie, s’installent au Couvent des Minimes. Elles accueillent les vieillards et se consacrent au rétablissement des sœurs revenant des pays tropicaux. Elles rapportent de leur voyage en Afrique le karité, aujourd’hui utilisé dans la composition des produits de L’Occitane.

. Elles cultivent aussi les jardins en terrasse, où poussent fruits et vignes. Dès ses débuts au XVIIe siècle, la culture et l’étude des plantes a représenté une part importante de l’activité du couvent. Les Sœurs quittent le couvent en 1990, avant le rachat en 2007 par le groupe L’Occitane et des partenaires investisseurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partagez
Commentez
A Lire aussi
Les plus beaux saf...

Terre la plus australe d'Afrique, locomotive économique et culturelle de la moitié sub-sah...

Vilamoura : Golf e...

Le groupe immobilier Vilamoura World, en association avec le promoteur CBRE Residential, v...

Dolce Fregate, le ...

Le groupe hôtelier français Maranatha, conduit depuis 2014 la destinée du Dolce Frégate Pr...

Nouveau visa élect...

Copiant le modèle américain (avec l'ESTA) et officiellement "pour veiller à ce que les voy...

Louer une voiture ...

Dans le cadre d'un voyage les dépenses sont nombreuses, entre le transport, l'hébergement,...

Chief’s Camp veut ...

Le Botswana, qui fête cette année ses 50 ans d’indépendance, est à l’honneur et figure à l...