L'Hôtel Grandes Rousses, l’Alpe d’Huez au sommet

PAR Antoine Webber / France / Lundi 15 Janvier 2018
Le meilleur emplacement de l'Alpe d'Huez ( vue d'une chambre). Le meilleur emplacement de l'Alpe d'Huez ( vue d'une chambre).
Le meilleur emplacement de l'Alpe d'Huez ( vue d'une chambre).
 Patricia Grelot-Collomb devant ses bulles, sur la terrasse du restaurant.  Patricia Grelot-Collomb devant ses bulles, sur la terrasse du restaurant.
Patricia Grelot-Collomb devant ses bulles, sur la terrasse du restaurant.
Le lobby-lounge, accueillant et chaud. Le lobby-lounge, accueillant et chaud.
Le lobby-lounge, accueillant et chaud.
Une chambre standard. Une chambre standard.
Une chambre standard.
Une Une
Une "CLUB".
Une suite.... Une suite....
Une suite....
...et sa salle de bains. ...et sa salle de bains.
...et sa salle de bains.
Une suite en duplex. Une suite en duplex.
Une suite en duplex.
Le salon des dégustations. Le salon des dégustations.
Le salon des dégustations.
La salle de restaurant avec vue sur les départs de piste. La salle de restaurant avec vue sur les départs de piste.
La salle de restaurant avec vue sur les départs de piste.
Mais ce n'est pas tout ! Mais ce n'est pas tout !
Mais ce n'est pas tout !
L'entrée du spa. L'entrée du spa.
L'entrée du spa.
La piscine du spa. La piscine du spa.
La piscine du spa.
Une cabine de soins en duo. Une cabine de soins en duo.
Une cabine de soins en duo.
D'autres plaisirs utiles vous y attendent... D'autres plaisirs utiles vous y attendent...
D'autres plaisirs utiles vous y attendent...
L'Hôtel Grandes Rousses, au pied des pistes ! L'Hôtel Grandes Rousses, au pied des pistes !
L'Hôtel Grandes Rousses, au pied des pistes !

Pour les fashionistas et autres habitués des stations où l’on se montre et où l’on passe plus de temps dans les boutiques que sur les pistes, l’Alpes d’Huez paraitra sans doute terne et sans intérêt. Pour les autres, ceux qui vont à la montagne en hiver pour skier, se ressourcer et partager de bons moments en famille ou entre amis, le cadre est bien choisi. Des quatre hôtels qui comptent dans la station nous avons choisi de tester l’Hôtel Grandes Rousses.

Ce choix n’est pas un hasard puisque l’établissement 4* vient de rouvrir après de gros travaux, dirigé de main de maîtresse par sa propriétaire Patricia Grelot-Collomb qui a repris les rênes après trois générations de bons et loyaux services familiaux frappés d’obsolescence. Pour ce faire, le nouveau boss des lieux a surtout fermé l’établissement de long mois pour assurer sa remise à niveau et l’adapter au goût du jour. Ainsi modernisé et complètement relooké, ce très beau chalet traditionnel au cœur du village et au pied des pistes (départ en télébenne et retour skis aux pieds) offre, entre autre, l’une des meilleures tables de la station et un tout nouveau SPA qui réjouira les amateurs de détente après l’effort.

L’HEBERGEMENT :

La nouvelle configuration propose une version modernisée du chalet traditionnel, avec en fil rouge la dolomie, pierre rousse de la région qui ressemble à de l’ardoise matinée de schiste qui lui donne un air chatoyant.
L’accueillant lobby ajoute à cette particularité, des tons bois et chocolat qui apportent de la chaleur à cet espace convivial qui fait bonne impression d’entrée de jeu.
En revanche, la réception est minuscule et aux heures de pointe des arrivées/départs mieux vaut prévoir un peu de temps... (d’autres transformations prévues devraient résoudre cet inconvénient sous peu).
Minuscule également, le bar très coloré du lobby-lounge est tenu par Victor Weber, jeune prince des cocktails qui vous surprendra (agréablement) par l’audace de ses créations, alcoolisées ou pas, à base de lavande, de romarin, de quartz rose , de saphir ou de pommes-au-four... demandez-lui ce que vous voulez. La musique live jouée en soirée après 18 heures s’ajoute à la note cosy de l’endroit.

Dans la continuité du bar, une très belle salle de restaurant ceinte de baies vitrées donne sur l’arrivée des pistes et la télébenne au pied de l’hôtel. Des alcôves privées permettent de s’isoler et pour les «bandes de potes», la très grande terrasse avec vue imprenable sur le massif de l’Oisans abrite des bulles en écho aux œufs mécaniques qui peuvent recevoir des tablées de 6 à 8 personnes, sympa !

A l’opposé du restaurant, un salon/bar très cosy accueille les apéritifs ou digestifs, sous le regard très coloré de nombreuses statues inspirées de Nicky de St Phalle. Le sommelier vous y fera apprécier les vins et les fromages de sa réserve. Pour les réunions familiales ou professionnelles, l’hôtel dispose également de 4 salles équipées.

LES 54 CHAMBRES :

Bien qu’offrant tout le confort nécessaire et un balcon donnant sur les pistes, ainsi que la technologie et connectivité que l’on peut attendre aujourd’hui d’un bon 4*, les chambres standard nous ont semblé un peu étroites. Certaines sont communicantes pour les familles. Nous vous recommanderons donc plutôt de choisir au minimum une chambre CLUB, ou mieux une suite pour ajouter à votre confort en termes d’espace.

LE SPA :

Ce tout nouveau havre de bien-être tout droit sorti de l’esprit très imaginatif de l’architecte d’intérieur et décoratrice Céline Moscheni–Tournaire (fondatrice du cabinet d’architecte MOHA http://www.moha-architecture.com), est une belle réussite. Dans un espace relativement restreint elle a réuni une piscine, différents spots d’expériences sensorielles, trois cabines de soins, un salon de relaxation dont on a du mal à s’extirper tant les bergères en rotin recouvertes de peaux naturelles y sont moelleuses... Minéralité et cocooning sont ici réunis !
Pour ne rien gâcher, les praticiennes actuellement en poste font honneur à ce refuge du bien-être et utilisent les produits haut de gamme de la marque Gemologie, dont les produits bio sont élaborés à partir de végétaux et de minéraux, de pierres précieuses et semi-précieuses… Une fois soumise à ces différents onguents, la peau régénérée révèle une fraîcheur et un teint naturel retrouvés.

LE RESTAURANT :

L’Espérance, puisque c’est son nom, conjugue ambiance et bonne chère où terres et mers du globe semblent avoir généreusement inspiré le chef Pascal Glory. La tradition montagnarde s’y mélange harmonieusement avec les créations modernistes du maître-queue, mises en valeur par une cave plutôt riche.
Autre lieu de délectation, « Aux Grands Rouges » est le rendez-vous des amateurs de vins , de fromages et de tapas. Des cours d’œnologie et des dégustations à l’aveugle y sont prodigués par le sommelier.

PLUS D’INFO : www.hotelgrandesrousses.com

Lire notre article sur la station de l'ALPE d'HUEZ :
http://www.voyagerluxe.com/l-alpe-d-huez-la-station-qui-monte-2691.html

Partagez
Commentez
A Lire aussi
Dolce Fregate, le ...

Le groupe hôtelier français Maranatha, conduit depuis 2014 la destinée du Dolce Frégate Pr...

Nouveau visa élect...

Copiant le modèle américain (avec l'ESTA) et officiellement "pour veiller à ce que les voy...

Louer une voiture ...

Dans le cadre d'un voyage les dépenses sont nombreuses, entre le transport, l'hébergement,...

Chief’s Camp veut ...

Le Botswana, qui fête cette année ses 50 ans d’indépendance, est à l’honneur et figure à l...

Vivre l'hiver autr...

Si vous aimez l'hiver et la neige sans être un adorateur des sports de glisse, le pays de ...

Ouverture anticipé...

Les chutes de neige de ces derniers jours associées à la haute altitude de l'Alpe d'Huez, ...