Article de Voyager Luxe - Hotel Plaza San Francisco

Hotel Plaza San Francisco

PAR Didier Forray / Chili / Lundi 25 Août 2008
Dès le lobby, le ton est donné : la décoration mérite un important dépoussiérage ! Dès le lobby, le ton est donné : la décoration mérite un important dépoussiérage !
Dès le lobby, le ton est donné : la décoration mérite un important dépoussiérage !
Des chambres... déprimantes Des chambres... déprimantes
Des chambres... déprimantes
Tapis vieillots et mobiliers fatigués... Tapis vieillots et mobiliers fatigués...
Tapis vieillots et mobiliers fatigués...
La piscine... aveugle La piscine... aveugle
La piscine... aveugle

Alors que Santiago n’en finit plus de s’étendre contre la cordillère des Andes, les hôtels du centre historique tentent tant bien que mal de faire bonne figure. Construit en 1989, l’hôtel Plaza San Francisco fut en son temps l’un des meilleurs hôtels de la ville. Aujourd’hui, le Plaza San Francisco va devoir faire sa révolution.

On aime :

l’emplacement, dans le centre historique de Santiago. Le double vitrage qui assure une vraie isolation phonique. Alors même que l'hôtel Plaza San Francisco se trouve sur l'artère la plus importante du centre ville de Santiago.

On aime moins :

le personnel pas vraiment accueillant et très rarement souriant. Le business center qui ouvre trop tard et ferme trop tôt. Le style vieillot de l’hôtel, démoralisant. Les petits dysfonctionnements dus à un mauvais entretien : l’évacuation de la baignoire de la salle de bains testée était allègrement bouchée. Et épargnons ici les innombrables cheveux disséminés ça et là…

Se poser :

l’hôtel Plaza San Francisco est situé sur l’avenue Libertador Bernado O’Higgins, l’une des principales artères de Santiago. Un emplacement idéal pour arpenter le centre ville historique : le palais de la Moneda et la plaza de Armas ne sont qu’à quelques minutes à pied ! L’aéroport international se trouve quant à lui à une trentaine de minutes en voiture.

Cocooner :

au vue du trafic sur l’avenue O’Higgins, on s’attend au pire en entrant dans la chambre. Bonne surprise : le double vitrage est d’une efficacité redoutable même si cela transforme un peu la chambre en bocal. En revanche, la décoration intérieure des 148 chambres et des 2 suites sort tout droit d’un autre siècle avec mobilier ancien et tapis fatigués. Un vrai bond dans le passé, plus kitch que classe ! Seule concession à la modernité : 2 lignes de téléphone, une télévision et une connexion Internet. 

Savourer :

le restaurant Bristol se pose comme un restaurant très haut de gamme avec une carte élaborée. Le restaurant a d’ailleurs été distingué par l’Association gastronomique chilienne (ACHIGA). Le restaurant s’enorgueillit également d’avoir reçu les chefs d’Etat du Sommet des Amériques en 1998 et d’autres événements.

Se relaxer :

grande piscine aveugle dans les sous-sol de l’hôtel. Sur les murs, quelques fresques bien ternes tentent de mettre un peu de vie à un lieux pas vraiment chaleureux. Il faut être motivé pour se jeter à l’eau ! Possibilité de réserver des séances de massages. A moins que vous ne préfériez le sauna et le jacuzzi.

Bouger :

le fitness center propose tous les équipements classiques pour la remise en forme.

Le détail chic :

la proximité du palais de la Moneda donne à l'hôtel tout son lustre. Mais il en faudrait bien plus pour rattraper l'ensemble...

 

 

 

 

Partagez
Commentez
A Lire aussi
Découvrir Minsk le...

La capitale de la Biolorussie et ses 2 millions d'habitants en surprendra plus d'un. Au no...

Cap au sud pour un...

Comptoir grec, puis romain, Sainte Maxime, longtemps appelée "Petite Corse", attire de nom...

Thalasso dans les ...

Bordée par l'Océan Atlantique, la Charente Maritime s'ouvre sur l'inconnu et les terres lo...

Do you St Tropez ?

Aujourd'hui même, mercredi 17 avril 2019, le boutique-Hôtel 5* Sezz Saint-Tropez ouvre ses...

Le Kempinski Hotel...

Construit en 2009, le premier complexe 5* de Croatie niché sur la côte adriatique offre un...

Marbella Club, le ...

Célèbre pour ses fêtes somptueuses qui attirait la jet-set et les grands de ce monde dans ...